L'Île de Malprat, un lieu méconnu

hotelpointfrance

04 mai 2020

Pas de commentaire

L’Île de Malprat, un lieu méconnu

Tout d’abord, un peu de géographie, c’est dans l’embouchure du delta de la Leyre, plus précisément au sud-est du Bassin d’Arcachon que prend place l’Île de Malprat. Bien moins connue que sa voisine l’île aux oiseaux, car non-visitable entres autres. L’Île de Malprat, qui veut dire “mauvais prés”, aura sa véritable utilité à partir de 1768. 

Un Paysage typique du Delta de la Leyre

C’est un horizon de 139 hectares qui s’offre à vous lorsque vous longez ce paysage, des prairies, avec tout autour des haies, avec une touche salée qui se fait, à l’aide du Bassin. A l’extrémité nord-ouest de l’île se trouve des près salés, au bord du domaine, avec une vue imprenable sur un Bassin d’Arcachon sans fin. 

Ce n’est pas un mélange sucré salé que nous offre cette île pas comme les autres, mais un milieu “doux” puis “salé”. Un mélange écologique en parfaite symbiose, avec une partie douce, alimenté en eau de pluie et d’un puits artésien, pour une partie salée, qui est d’ailleurs beaucoup plus vaste, alimenté directement par l’eau de mer du Bassin d’Arcachon.  

L’Île de Malprat prends place sur la commune de Biganos, tout proche du petit port ostréicole, le port des tuiles, qui lui fait 14 hectares, c’était par ce port qu’on pouvait accéder à l’île, par une passerelle en bois, qui est maintenant fermée au public. 

L’Île de Malprat, entre sel et poissons. 

Fin du 18ème siècle, le marquis d’Arcembal fût creusé des bassins et mis en place des digues afin de créer des marais salants, par ailleurs, ce sel n’était pas connu pour sa grande qualité, pour de pas dire médiocre. Son existence fut très courte, l’exploitation prendra fin dès 1793, après la décision de Louis XV de mettre fin à l’exonération de taxe sur le sel. C’est plus tard, lors du 19ème siècle que reprendra une activité au sein de l’île de Malprat, Ernest Valeton de Boissière reprendra les installations pour y développer la pisciculture intensive, et cela, pendant près d’une centaine d’années, une affaire beaucoup plus pérenne que le marché du sel. C’est à partir de 1950 que le coût du poisson ainsi que les frais d’entretien et de main d’oeuvres, débutent à augmenté de façon progressive, pour cesser toute activité en 1980. 

C’est en 1997 que la dernière propriétaire fût décédée, suite à cet événement, le Conservatoire du Littoral deviendra le nouveau propriétaire, et confia la gestion de l’île au Conseil Départemental de la Gironde et la commune de Biganos. 

En plus de la gestion, un garde du littoral rattaché à la ville de Biganos, surveille l’écosystème en place sur l’Île de Malprat, afin de l’entretenir régulièrement et de la réhabiliter par des travaux d’aménagement. Son objectif premier, veiller à la préservation de ce site rare et authentique.