L’histoire du parc Mauresque

hotelpointfrance

20 juillet 2020

Aucun commentaire

L’histoire du parc Mauresque

Créé par la compagnie des chemins de fer lors du second Empire, le parc Mauresque est un immense bijou de verdure de quatre hectares. Situé entre la quartier de la ville d’Hiver et l’Observatoire de Sainte Cécile, il abrite une histoire peu commune. 

Le parc au temps du casino 

Cédé à la ville en 1879, le parc Mauresque est renommé comme le casino qu’il abritait à l’époque. Construit en 1863, le casino Mauresque devient très rapidement un haut lieu de la bourgeoisie du vingtième siècle où de nouveaux riches viennent passer des soirées mondaines. Si aujourd’hui le casino n’est plus visible c’est à cause d’un tragique incendie qui le détruit une centaine d’années plus tard, en 1977. A la place de l’ancien bâtiment, se trouve aujourd’hui une pinasse bleue, symbole fort de la ville d’Arcachon. 

Le jardin du parc et son style sont avant tout inspirés des jardins à l’anglaise, avec des formes irrégulières. Il se veut être un paysage avant d’être un jardin et reflète la nature en tout point :  sauvage et libre.  

Le parc au fil des années… 

En 1987, une roseraie est ajoutée au parc. Elle compte aujourd’hui plus de six-cent roses et, fait partie des endroits où il faut s’arrêter pour profiter des joyaux du jardin. C’est plus tard, en 1992 que deux paysagistes font des réaménagements et transforment le parc en un jardin botanique.

Il est alors un lieu de visite incontournable de la ville d’Arcachon. Depuis le coeur de la ville d’Hiver, quartier lié intimement à l’histoire du parc, vous pouvez emprunter l’ascenseur qui vous déposera directement en plein coeur du parc. Il faudra ensuite se laisser porter par ses allées fleuries, ses végétaux et plantes exotiques. Le parc offre un patrimoine végétal à couper le souffle qui contribue à sa renommée. 

Parc Mauresque arcachon bancs Bassin
Le Parc Mauresque, un incontournable lors d’une visite à Arcachon.

Au fil du temps, le parc devient célèbre pour son ascenseur mais aussi son kiosque du XIXè siècle qui sera un endroit parfait pour faire une pause durant une balade. Il abrite parfois des rassemblements entre amis ou encore des groupes de musique l’été venant ajouter une touche festive. 

Un peu plus loin dans le parc se trouve également un large patio où des bancs permettent de profiter du paysage en toute quiétude. Une cascade est située en son centre et rafraîchit l’atmosphère les jours d’été. Un cadre idéal où se ressourcer, durant vos vacances à Arcachon.

La ville d’Hiver, un quartier lié à l’histoire de Mauresque

Le quartier notamment connu pour ses villas, certaines plus extravagantes que d’autres à l’image des villas Trocadéro ou encore Alexandre Dumas. L’histoire de ce quartier naît d’un projet immobilier en 1860. L’idée fut de construire des villas pittoresques pour donner une ambiance particulière à la ville d’Arcachon. L’architecture en témoigne puisqu’il s’y mélangent des constructions d’architectures gothiques, néo-gothiques mais aussi mauresques. 

Très fréquenté par les Anglais au XIXè siècle, le quartier abrite une magnifique église anglicane devenue aujourd’hui un temple réformé. Au pied de cette église se construit un square où de nombreux palmiers se plantent. On l’appelait à l’époque la place des Palmiers, il est aujourd’hui un coin tranquille et apaisant pour se reposer et lire un livre. 

Non loin de là, l’observatoire Sainte Cécile est une tour haute de vingt-cinq mètres qui domine la Ville d’Hiver. Elle offre ainsi une vue à 360° splendide sur la ville d’Arcachon et sur le Bassin. La passerelle Saint Paul qui relie la dune Saint Paul à la dune Sainte Cécile est également à emprunter. Elle permet de mettre en valeur de véritables joyaux naturels qui composent la richesse du quartier de la Ville d’Hiver. 

Le parc Mauresque vieux de plus de cent-cinquante ans est aujourd’hui un passage emblématique de la ville d’Arcachon. Il contribue en effet à la beauté du paysage et à la tranquillité de la ville. Il est une bulle d’air, riche de son histoire.